Une escapade à Melbourne (Partie 1)

Vivre à Sydney, c’est une chance incroyable !Comment rester plusieurs mois en Australie sans aller faire un petit tour à Melbourne, la deuxième ville la plus peuplée du pays ! Ni une, ni deux, me voici rodée pour un court séjour de 5 jours à Melbourne.

L’atmosphère et l’ambiance sont tellement différentes à Melbourne : d’une part, le climat, plus continental qu’à Sydney et d’autre part l’architecture, qui me semble plus européenne avec les terrasses.

Nous partons donc du Domestic airport de Sydney (pour les vols internes) direction l’aéroport Tullamarine de Melbourne, avec Tigerair. Les billets sont peu chers en semaine entre Melbourne et Sydney, cela vaut vraiment le coup d’y aller. Nous avons loué un Airbnb à Kew, en banlieue de Melbourne.

Day 1:

Le vol dure 1h30, tout va bien, nous arrivons à bon port. Seulement, pour rejoindre le centre de Melbourne, il nous faut prendre un bus direct, le Skybus pour 18 dollars (20 min) ou prendre des bus pour 6 dollars le trajet. De plus, ne connaissant pas les transports à Melbourne, je ne voulais pas demander à des agents l’option la plus favorable car évidemment, ils allaient nous diriger vers le skybus.

Merci Internet, après quelques vérifications, nous prenons donc le bus 901 pour s’arrêter à Broadmeadows et après prendre un train pour s’arrêter à Flinders Street.

Après avoir être arrivés à la station centrale Flinders Street, nous décidons de faire un petit tour de la ville avec le tram (très bonne alternative car le tram dans le CBD de Melbourne est gratuit) pour répérer les lieux intéressants à visiter. Nous passons évidemment par Federation Square, les Docks, le Parliament.

La première chose qui me frappe en arrivant à Melbourne est que le coût de la vie y est un peu moins élevée (surtout dans les bars et même dans les restaurants). Nous en profitons pour faire un petit tour en tram en centre ville Pour ce premier soir à Melbourne, direction un restaurant chinois, un peu différent car on y vient pour manger des raviolis au chili , au Hutong Dumpling Bar.

Ca a l’air bon, n’est -ce pas ?

Apres avoir bien mangé, direction l’appartement Airbnb où nous retrouvons les host ! Très sympas, la chambre est petite mais fonctionnelle. Le soir, nous plannifions notre trip sur la Great Ocean Road pour le samedi avec un tour d’une journée et les choses à découvrir sur Melbourne.

Day 2

Nous nous baladons vers Brighton Beach, une des plages de Melbourne où se trouvent des dizaines de cabanes colorées qui longent la plage. Brighton Beach est accessible en métro depuis Flinders Street. Le soleil est au rendez-vous mais la plage n’est pas top malheureusement.

IMG_1329
Brighton Beach

La plage est assez étendue, ce qui nous laisse le temps de se balader tranquille et de prendre des photos des différents styles de cabane. Mais ma préférée reste celle avec le drapeau de l’Australie of course 😉

IMG_1331

En fin d’aprem, retour dans la city pour visiter la Tour Skydeck et admirer le coucher de soleil avec une vue panoramique de Melbourne. (si c’est pas beau ça!) L’entrée est à 20 dollars et la vue en vaut la chandelle. Nous achetons nos billets un peu à l’avance pour pouvoir se poser  avant et manger une glace.

IMG_1352.jpg
Vue de la Skydeck Tower

Day 3:

Journée plutôt cocooning, promenade dans Lane St pour admirer le Street art de Melbourne et se poser dans le Botanic Garden de Melbourne.

IMG_1427

IMG_1430

Le long de la Yarra River, près du Botanic Garden, les gens courent, font du vélo et même préparent tranquillement leurs barbecues. J’ai beaucoup aimé l’atmosphère qui règne à Melbourne, un peu moins fast que Sydney disons.

Le lendemain, une longue journée vers la Great Ocean Road nous attend..

A suivre dans la Partie 2.

10 bonnes raisons de venir en Australie (et encore !)

 

Samurai Beach – Port Stephens
 

Sydney – Harbour Bridge
 

C’est sans grande surprise que vous dire que je profite de chaque moment de mon séjour en Australie et Dieu sait que le temps passe tellement vite ! Ces trois derniers mois ont été chargés entre mon stage en Ressources Humaines, de mon travail en tant qu’au pair, des nombreux babysittings par ci par là et des excursions les weekends !

S’il y a vraiment quelque chose dans ma vie que je ne regretterais jamais, c’est bien le fait d’être partie à 17 000 km de chez moi, en Australie. Il n’y a pas de mot pour dire que ce voyage restera gravé à jamais et que je me souviendrais de chaque personne rencontrée ici. J’y ai fait de superbes rencontres, j’ai douté tellement de fois, j’ai appris à être patiente avec le temps (avec les enfants et au travail), je me suis surpassée intellectuellement et émotionnellement, j’ai découvert des lieux splendides (autant de raisons qui font qu’il faut venir en Australie)

Voici donc mon classement des 10 bonnes raisons de venir en Australie

#1 Parce que les Australiens ont le contact hyper facile

Que ce soit au supermarché, en attendant le bus, dans la rue, au café, en soirée, à la bibliothèque, au parc ,à la Poste perdu en plein milieu du bush, les Australiens seront toujours ravis de vous parler et de discuter un peu avec vous, même pour ne pas dire grand chose ! Combien de personnes sont venues me demander si j’avais besoin d’aide pour porter des affaires, m’aider avec la poussette des enfants, me demander si j’étais perdue, pour me mettre en contact avec leur réseau pour du travail.

J’ai été bluffée par leur savoir-vivre et le respect que les gens ont entre eux. Evidemment, tout n’est pas rose et tous les Australiens ne sont pas des saints ! Pour la plupart, j’ai été surtout surprise par l’élan de générosité, même venant de personnes qui vous connaissent peu ou pas du tout même. Croyez-moi ça fait du bien !

  

#2  Parce que le pays est tellement grand à explorer et regorge de paysages magnifiques 

L’Australie est tellement grande que vous ne ferez jamais autant de kilomètres de votre vie ou presque ! Le pays parfait pour camper (gratuitement en plus) avec des installations sanitaires propres (même en plein du Western Australia, où personne ou presque ne vit), pour les routes interminables propices aux roadtrips.

 

Spit to Manly walk track
  

  

Royal National Park – Otford
 
The Twelves Apostles
 
Sunset Beach – Port Stephens
 

#3 Pour les panneaux de signalisation inédits

Avez-vous déjà vu un panneau de signalisation avec un woombat, kangourou ou encore koala ? Avez-vous déjà vu le panneau avec l’écriteau : faites le plein à la prochaine station essence, car il n’y en aura sur plus de 500 km

 

salut , je cherche à aller vers Byron Bay, tu m’emmenes ?!
 

#4 Parce que c’est plus safe qu’en Europe

C’est mon opinion, je me sens plus safe qu’à Paris, même en rentrant tard de soirée, j’ai plus peur de tomber sur des cafards, araignées ou chauve souris (non je ne rigole pas !)  que sur des personnes mal intentionnées

#5 Parce que les opportunités professionnelles sont nettement plus intéressantes au niveau financier

Evidemment, les salaires proposés ici ne sont pas du tout les mêmes qu’en France, et ce spécialement pour les jobs dits « qualifiés ». Pour le même travail que j’ai en France, le salaire moyen proposé ici le doublé ou voir même triplé (eh oui!)

#6 Parce que les Tim Tam…

Je m’étais jurée d’arrêter de manger et voilà que les Tim Tam m’ont attrapés ! Je maudis son créateur car non seulement ces biscuits sont additifs et me ruinent :p

#7 Parce que les gens sont tellement relax 

Ici, c’est le pays du no worries, take it easy ! Les gens marchent pieds nus (normal !), dès qu’ils peuvent c’est barbecue party et beers, ils font confiance les uns les autres, le way of live made in Australia c’est vraiment avoir un work life balance (équilibre vie pro/vie perso) et c’est vraiment appréciable !

Pour avoir travaillé en RH ici, à 17H ils me mettaient dehors pour rentrer chez moi  !

# 8 Parce que je suis tombée amoureuse ici

#9 Parce qu’en même venant à l’autre bout du monde, tu rencontres des personnes qui n’habitent pas loin de chez toi, ou qui ont fréquenté la même école ou qui ont des amis en commun

C’est quand même fou de se dire que la communauté française est très présente en Australie et encore plus à Sydney où j’ai rencontré énormément de personnes de Paris

De savoir que l’on reverra ces personnes en France dans un autre contexte, après avoir partagé autant de moments !  

   

 

  

#10 Parce que même en voyage, Dieu m’accompagne et m’a aidé à surmonté de nombreuses épreuves

Conviction personnelle,mais je dirais la plus importante, même en voyage, Dieu ne me m’a quitté et a été beaucoup plus présent que je ne l’aurais cru. Et partager son amour avec des soeurs, même à Sydney, cela semble encore plus irréel et pourtant  Sans son soutien, je ne serais pas là ou j’en suis aujourd’hui !

Alors oui un conseil : venez un jour en Australie, même si le billet coûte cher, même s’il y a plus de 20h de vol, c’est vraiment une destination que je conseille pour en prendre plein la vue ! No worries mate !

Comment j’ai trouvé du travail à Sydney

Trouver.jpg

Certains ont dû se demander, quel est mon but en Australie ? Travailler ? Voyager ?

La réponse est simple : mon but en Australie est de travailler afin de financer mes futurs roadtrips et autres voyages. Pour cela,  j’ai principalement utilisé Facebook (ça marche plutôt via les nombreux groupes français et anglophones de Sydney), le site Gumtree et les job boards (la RH qui parle ^^) Seek, Indeed, Adzuna, Oneshift et autre.

Chance ou pas, je ne m’attendais pas à trouver aussi facilement. Grâce à un post sur un groupe de français à Sydney sur Facebook, j’ai postulé à une offre de fille au pair dans une famille de deux enfants, logement gratuit contre 12h pour garder les enfants. Honnêtement, être fille au pair est un bon plan si vous ne voulez pas payer de logement (collocation, backpack, airbnb) et être nourrie. Cela implique cependant d’aimer la proximité d’enfants et de la patience (sinon laissez tomber !)

Pour moi les points forts d’être au pair en Australie :
– immersion totale avec des locaux (pour s’entraîner à parler anglais c’est top)
– être logée, nourrie, blanchie
– découvrir l’éducation australienne (ou plutôt anglo-saxonne qui est différente de celle en France)
– accumuler de l’expérience avec les enfants (qui me servira toujours)

J’ai eu de la chance de tomber sur une super famille, jeune (les parents ont 30 et 35 ans) et sur deux enfants faciles à vivre. Ce n’est pas le cas de toutes les au pairs, malheureusement.

En plus, de ce travail au pair, j’ai postulé à une offre de « kitchen hand » équivalent d’un aide-cuisinier (si je puis dire) dans une pizzeria le weekend pour me faire un peu d’argent. Après un essai concluant, j’ai travaillé du vendredi soir au dimanche soir là bas pendant 1 mois. Sans aucune expérience en restauration, j’ai pu développé de nouvelles compétences hahaha à savoir : ramasser les ordures, faire la plonge de contenaires, aider à la préparation des pizzas, faire les salades du restaurant et dessert, nettoyer la chambre froide, courir encore et toujours pour remplir les étalages pour faire les pizzas !
Boulot prenant et fatiguant (debout plusieurs heures de suite, pas de pause) mais qui m’a permis de survivre ici à Sydney !  Avec ces deux jobs cumulés, j’ai pu économisé sur la nourriture, logement et sortir un peu !

J’ai enfin eu ma première expérience en restauration ! Qui l’eût cru ? Hahaha

Et aujourd’hui ?

J’ai changé de famille car la première n’avait plus besoin de moi pour l’année 2016. Grâce au site aupairworld, j’ai trouvé une nouvelle famille. Je suis toujours demi- au pair avec logement gratuit contre quelques heures de garde. Encore dans une super famille, accueillante, avec qui je passe beaucoup de temps à papoter ! (C’est là que tu crois avoir un bon niveau d’anglais et qu’en fait tu te sens trop nulle)

A côté de cela, j’avais trouvé un stage dans ma branche en Ressources Humaines. J’étais heureuse de pouvoir commencer et d’avoir ma propre expérience à l’étranger. Manque de bol ou signe du destin, je ne sais pas, cela n’a pas pu se faire…

Grosse déception : aucune nouvelle de ma tutrice, après des relances par emails et appels téléphoniques. Quelques jours plus tard, j’aperçois l’offre qui est remise à nouveau en ligne ! Dégoûtée, je finis donc par capituler, pour un stage de quelques jours par semaine, non rémunéré, je préfère donc me concentrer sur un job en extra à côté des mes heures en tant qu’au pair.

Aujourd’hui, je ne désespère pas de trouver un autre travail à côté (même si cela met beaucoup plus de temps que prévu) : cela m’apprend à persévérer chaque jour et à relativiser sur mon sort. Même si je n’ai pas l’opportunité d’avoir de l’expérience en RH, ce n’est pas une fin en soi, j’aurais tout de même essayé. Ma nouvelle famille au pair a parlé de mon cas auprès de leur entourage afin de pourvoir m’aider dans ma recherche de stage.

Nouveauté : j’ai un nouveau stage dans une association humanitaire qui s’appelle The Hunger Project Australia qui lutte contre la pauvreté et la faim dans le monde en tant que volontaire RH. L’ambiance est géniale et la cause qu’elle sert m’intéresse beaucoup. Je m’y plais beaucoup ! 🙂 Comme quoi, il ne faut pas baisser les bras !

Conseils pour trouver du travail en Australie en tant que backpacker :

  • Ne pas hésiter à demander autour de soi (amis, connaissances, famille au pair, voisins, backpack)
  • Démarcher directement dans les bars, restaurants avec un CV en main
  • Surveiller les groupes FB pour dénicher quelques offres et y postuler
  • Tenter !! Il n’y a rien à perdre
  • Aller voir les agences d’interim éventuellement
  • Si besoin, suivre des formations (RSA pour travailler dans les bars, baristas pour travailler dans les cafés, white card pour la construction) pour booster ses compétences et faire valoir sa candidature
  • Ne pas hésiter à bouger si l’on sent que l’on ne trouve pas de travail
  • Comme partout, tomber au bon moment